Sophie la girafe : dangereuse pour les enfants, le point

La marque Delacoste fête actuellement les 56 ans de Sophie la Girafe. Commercialiser depuis 1961, ce jouet fait partie des plus grandes réussites de la société. Jusqu’à présent, il a été produit en plus de 50 millions d’exemplaires. Il semble que les parents ont été plus que convaincus par la qualité de production de cet article et ses avantages. Cependant, depuis quelques années, l’entreprise fait face à des rumeurs qui ternissent sa réputation. Selon certaines recherches de l’UFC-que choisir, certains textes d’information ne tendent plus qu’à insister sur « sophie la girafe dangereuse ». Retour sur la véracité ou non des faits.

Le début de la polémique

En 2011, l’agence européenne des produits chimiques a classé le bisphémol A parmi les « substances préoccupantes ». En effet, selon les recherches, malgré que cette molécule et très souvent utilisé par les sociétés de productions, elle peut être néfaste pour la santé des hommes. Pour ce faire, il faudrait la mettre en contact avec les acides gastriques. La conséquence en serait le cancer.
Délacoste n’a pourtant pas nié la présence, même minime, du BPA dans sophie la girafe. Non pas que la molécule a été incorporée dans les ingrédients du jouet. Il s’est créé via la vulcanisation des sèves d’Hévéa. Et d’ailleurs, le taux d’exposition est minimum. Il n’est que de 0.94mg/kg, ce qui n’est pas suffisant pour développer un cancer pour les enfants qui en font usage.

Delacoste rassure les parents

Néanmoins, la société Delacoste tient à souligner que les parents n’ont pas à s’inquiéter sur les risques de Sophie la Girafe sur leur enfant. En premier lieu, les preuves qui doivent servir à détailler les éventuels inconvénients de ce jouet sur la santé des nourrissons n’existent pas. On ne parle que de soupçon, basé sur des recherches faites sur des animaux. Les deux organismes se ressemblent, mais ne sont pas pareils. Les conséquences de tel ou tel produit varient d’un cas à un autre.
En outre, selon certains professionnels, il faut être exposé à un taux 100 000 fois plus important pour présenter des risques réels de cancer. On peut donc toujours laisser nos petits jouer avec cet accessoire ludique, fait à 100 % de plastique naturel et 100 % de fabrication française sans problème.